« jeudi Je lis »

Un jeudi par mois, les bibliothèques accueillent « Jeudi Je lis », un cercle de lecture où chacun peut venir échanger autour de ses lectures. Les livres sont présents dans nos collections, et seront empruntables à la réouverture.

Le jeudi 19 Mars nous devions traiter le thème de La Folie.

Les livres repérés par le cercle sont :

cercle1

Ce qui est monstrueux est normal  de Céline LAPERTOT aux éditions Viviane Hamy

C’est un livre autobiographique, c’est l’histoire d’une résilience. Cette résilience qui permet de survivre et de ne pas sombrer dans la folie parce qu’un homme a confondu le langage de la tendresse de l’enfant avec celui de la sexualité adulte. On ne choisit pas sa famille, mais on peut profiter des rencontres, parfois improbables de la vie. On peut naître dans une famille pauvre et incestueuse mais la culture peut être une révélation et une ouverture vers un monde de possibles. On peut être en échec scolaire au CP, puis devenir professeur et écrivain parce qu’on a rencontré une écoute et une bienveillance dans une famille d’accueil. Le style est souple, l’auteur nous fait visiter son enfance, partager ses émotions et ses souffrances, avec un rythme qui est celui d’une fillette de neuf ans. Son style est proche de celui d’Annie Ernaux.

Le réserver dans le catalogue des bibliothèques ici

cercle2

Quand j’avais cinq ans je m’ai tué  suivi de Le cœur sous le rouleau compresseur de Howard Buten aux éditions du Seuil

J’ai lu ces livres il y a longtemps, je les ai relus avec plaisir.

Howard Buten, c’est le clown Buffo, c’est aussi un psychologue spécialiste de l’autisme. C’est l’histoire de Gil et de Jessica. C’est leur histoire d’amour, quand ils sont enfants, puis lorsqu’ils sont adultes. A l’école, Gil tombe amoureux de Jessica. Comment faire pour la séduire quand on n’a pas confiance en soi et que tout semble démesuré ? Jessica va se montrer sensible à cet amour. Ils vont s’aimer, ce qui est inacceptable pour la mère se Jessica. Gil se retrouve dans une institution parce que leur amour a scandalisé les adultes. C’est un questionnement sur soi et son devenir à travers la perplexité d’un petit garçon. C’est une interrogation sur la « folie ». Quelle est la limite, la frontière entre le « normal » et le « pathologique » ? Gil est confronté aux certitudes et rigidités de la psychiatrie officielle mais aussi à l’ouverture d’esprit et à la bienveillance d’un psychothérapeute qui a une pratique alternative. C’est un livre à hauteur d’enfant qui se joue du langage. Un enfant que les adultes ne prennent pas le temps d’écouter, et les adultes ne prennent pas davantage le temps de verbaliser leurs propres décisions. L’humour est présent, les paroles sont prises au pied de la lettre, les quiproquos  fleurissent. Le style est vif, les émotions se partagent facilement. Ce sont deux livres agréables à lire.

Le réserver dans le catalogue des bibliothèques ici

cercle3

La femme de l’Allemand de Marie SIZUN aux éditions Arléa

 C’est l’histoire de Marion qui vit seule avec sa mère Fanny, maniaco-dépressive depuis le départ de l’Allemand , le père de Marion.

On assiste donc aux relations entre Marion et sa mère , dont la maladie est une alternance de crises, de séjours en hôpital psychiatrique et de périodes douces. Elles vivent toutes les deux en huis clos, Marion étant recueillie par ses grands-parents et sa tante pendant les absences de sa mère. Elle est une élève brillante, n’ayant qu’une amie d’origine alsacienne  et dont la famille est comme une deuxième famille pour elle. Marion ira d’ailleurs faire sa terminale en Allemagne, ce qui n’est pas sans conséquence pour  sa mère

Le réserver dans le catalogue des bibliothèques ici

cercle4

Il reste la poussière de Sandrine COLLETTE aux éditions Denoël

Dans la steppe pauvre de Patagonie, Rafael est le dernier d’une fratrie de quatre garçons. Depuis toujours, il est martyrisé par ses frères. Etant le plus petit, l’innocent, il est leur souffre-douleur et cristallise toute leur haine. Leur père a disparu. Leur mère ne dit rien, perpétuellement murée dans un silence hostile. Elle mène ses fils et son élevage de bétail d’une main inflexible. Et un lourd secret plane sur leur quotidien… Incroyablement seul face à ses bourreaux et à l’indifférence de leur mère, Rafael se réfugie auprès de son cheval et de son chien. Parviendra-t-il alors à desserrer l’étau de terreur et de violence qui l’enchaîne à cette famille ? Comment ne pas devenir fou dans pareil huis-clos oppressant ?

Le réserver dans le catalogue des bibliothèques ici

cercle5

Girl de Edna O’BRIEN aux éditions Sabine Wespieser.

Edna O’BRIEN s’est basée sur l’histoire des lycéennes nigérianes enlevées par Boko Haram en 2014. L’auteure se met dans la peau d’une lycéenne et on vit son enlèvement, sa vie sur le camp (où règnent la violence, les mariages forcés), son évasion…

C’est un livre poignant qui parle du djihadisme mais aussi de l’oppression de la femme et de sa force pour se relever et avancer.

Le réserver dans le catalogue des bibliothèque ici

cercle6

Le Patient  de Timothé Le Boucher aux éditions Glénat (BD)

 En pleine nuit, deux policiers tombent sur une jeune fille errant dans la rue, ensanglantée, un couteau dans la main. L’agente de police, après l’avoir maîtrisée, reconnaît la jeune Laura Grimaud. Inquiets, les policiers la ramènent chez elle et là, c’est un tragique et violent spectacle qu’ils découvrent. Toute la famille, les parents, la grand-mère, la fratrie et le cousin, gisent morts, victimes, pour certains, de dizaines de coups de couteau. Seul l’un d’entre eux semble encore vivant…
À l’hôpital où il séjourne, Pierre Grimaud, après 6 ans passés dans le coma, reprend peu à peu conscience. Désorienté, paralysé des membres, victime d’hallucinations, il est suivi par le docteur Anna Kieffer, psychologue spécialisée dans les troubles de stress post-traumatique et dans la psycho-criminologie et la victimologie. Lors de leurs séances, parfois d’hypnose, le jeune homme tente de revisiter son passé, notamment ses relations avec ses parents et ses frères et soeurs, de se souvenir de la nuit du drame et de comprendre qui est l’homme en noir qui le hante…

Le réserver dans le catalogue des bibliothèque ici

Merci à Geneviève, Christelle, Murielle, Jean François, Valérie… pour leur aide

Et ne devenons pas fous ! Lisons !

Prochain  « Jeudi je Lis » sur le thème Les Animaux

Vous êtes invités à participer si vous le souhaitez en envoyant vos contributions par mail à l’adresse suivante bib.infos@orange.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s